AGENDA
  • expositionAbécédaire de la propagande en temps de paixdu 25 septembre au 1er décembre 2018

    Exposition de l’Abécédaire de la propagande en temps de paix de Lucy Watts, dans le cadre de Naming and necessity à La Halle de Pont-en-Royans. Exposition du 25 septembre au 1er décembre 2018. Cette exposition collective réunit huit artistes, d’horizons variés, autour d’une thématique commune : celle du langage et de la parole. Protéiformes, les œuvres montrées abordent de manières complémentaires la question du langage comme forme d’expression et d’interaction entre les individus.

    L’artiste Lucy Watts a publié aux éditions le passager clandestin Abécédaire de la propagande en temps de paix. Elle explore la propagande au quotidien et passe au crible l’industrie du mensonge, son histoire et ses méthodes. Sous son coup de crayon acéré surgissent les figures tragicomiques de « la propagande en temps de paix » : les médias acquis aux multinationales et à la pub, les conseillers en com’ des hommes-du-pouvoir, les agences de renseignement et leurs opérations psychologiques... Désinformation, Experts, Hollywood, Novlangue, Pub, Sondages, Télévision… Elle parcourt avec force et humour l’histoire des techniques modernes de manipulation des masses, à travers une lecture originale et percutante de Propaganda, comment manipuler l'opinion en démocratie, l’œuvre choc d’Edward Bernays (1928). L’exposition présente les œuvres originales qui ont servi de support au livre.

    La Halle, Place de la Halle 38680 Pont-en-Royans

    www.lahalle-pontenroyans.org/art-actu.html

     

    La Halle, Pont-en-Royans
  • débatRencontre avec Babels sur l’accueil des migrantsmercredi 14 novembre 2018

    Rencontre avec Babels sur l’accueil des migrants. Pour s’informer collectivement sur les conditions d’accueil des personnes migrantes aujourd’hui en France, le paysage international et européen des migrations et les législations en vigueur, et les récentes annonces du gouvernement. Avec Chowra Makaremi, anthropologue et chercheuse, coordinatrice de l’ouvrage Entre accueil et rejet : ce que les villes font aux migrants dans la collection Bibliothèque des frontières.

    Mercredi 14 novembre à 20h30 à la librairie du Muguet, 7, rue du Muguet à Bordeaux.

    lepassagerclandestin.fr/catalogue/bibliotheque-des-frontieres/entre-accueil-et-rejet-ce-que-les-villes-font-aux-migrants.html

    Librairie du Muguet, Bordeaux
  • salonL'autre livredu 16 au 18 novembre 2018

    Le passager clandestin tiendra un stand sur le salon international des éditeurs indépendants L'autre livre, à la Halle des Blancs-Manteaux, 48 rue Vieille du Temple 75004 Paris. Vendredi 16 novembre : 14 h – 21 h. Samedi 17 novembre : 11 h – 21 h. Dimanche 18 novembre : 11 h – 19 h.
    Le salon l’autre livre vous offre la possibilité de découvrir plus de 2 000 livres, quelque 400 auteurs de 180 maisons d’édition dont de nombreux éditeurs de province, mais aussi belges, suisses ou canadiens ; c'est le salon de l’édition indépendante, un rendez-vous incontournable d’échanges.
    Entrée libre.

    Halle des Blancs-Manteaux, Paris
  • salonDes livres et l’alertedu 16 au 18 novembre 2018

    Le 4e salon Des livres et l’alerte se déroulera les 16, 17 et 18 novembre à la Maison des Métallos à Paris. Cette année encore, le salon accueillera des personnalités du monde de l’alerte, des auteurs et des journalistes, toutes et tous engagés pour l’intérêt général. Ce salon est le lieu où se rencontrent largement celles et ceux qui enquêtent, s’informent et réfléchissent sur les alertes et les enseignements qu’elles recèlent. Connus ou inconnus, toutes et tous ont fait le choix d’obéir à leur conscience de l’intérêt général, souvent au prix de représailles injustifiables, mais toujours avec la fierté de pouvoir « se regarder dans la glace » et d’avoir transmis les preuves si importantes pour notre société.
    Dimanche 18, de 17h30 à 18h30 salle Pavillon  débat « Halte à l’obsolescence programmée ? » avec Serge Latouche. La surproduction et la surconsommation de produits conçus pour ne pas durer ont des conséquences écologiques insoutenables à long terme. L’obsolescence programmée retire par ailleurs aux citoyens la liberté de consommer de manière durable et responsable. Dans un monde aux ressources en cours d’épuisement, comment lutter contre les entreprises coupables d’obsolescence programmée??
    Camille Schmoll, coordinatrice de Méditerranée. Des frontières à la dérive, sera en dédicace le samedi 17, de 17h30 à 19h.
    Entrée Libre et Gratuite. La Maison des Métallo, 94 rue Jean-Pierre-Timbaud, Paris 11e. Programme complet sur deslivresetlalerte.fr

    Maison des Métallos, Paris
  • débatRencontre avec Sarah Mazouz sur l'accueil des migrantsjeudi 22 novembre 2018

    Jeudi 22 novembre, à 18h30, conférence de Sarah Mazouz autour de l’ouvrage Entre accueil et rejet : ce que les villes font aux migrants paru dans la collection Bibliothèque des frontières (dirigée par Michel Agier dans le cadre du programme Babels à l’EHESS), dans le cadre du festival Migrant’scène.

    Ce livre permet de mieux comprendre la diversité et la complexité des formes de l’accueil des migrants. Constitué d’enquêtes menées dans plusieurs grandes villes européennes et de témoignages, le livre montre que la ville peut constituer un pôle de résistance et de contournement, voire de renversement des décisions de l’État central.

    Bibliothèque de la Part Dieu 30, boulevard Vivier-Merle 69003 Lyon

    Entrée libre.

    lepassagerclandestin.fr/catalogue/bibliotheque-des-frontieres/entre-accueil-et-rejet-ce-que-les-villes-font-aux-migrants.html

    Bibliothèque de la Part Dieu, Lyon
  • débat127 jours en mars - retour sur Nuit deboutjeudi 15 novembre 2018

    Rencontre avec Nathalie Astolfi et Alain Dervin, auteurs de 127 jours en mars. Petit abécédaire combatif contre la loi travail et son monde jeudi 15 novembre à 19h à 19h30 à la librairie Scrupule à Montpellier. Cet abécédaire est un document de première main sur l'imaginaire et les solidarités révolutionnaires de Nuit debout, et nous invite à une relecture subjective et combative du mouvement, celle de deux syndicalistes libertaires happés par la jeunesse et la créativité d’une dynamique contestataire qui a revigoré la lutte collective. Avec des dizaines de milliers d’autres, Nathalie Astolfi et Alain Dervin sont descendus dans la rue le 9 mars 2016. Ils n’en sont, pour ainsi dire, plus remontés jusqu’au 127e jour de ce long mois de mars qui a vu le pays se transformer une fois encore en foyer d’aspirations révolutionnaires. Ils y ont vu les cortèges de tête ingouvernables et bigarrés inverser le tempo des manifestations, délibéré sous la Grande Ourse dans ces coeurs bruissant d’autogestion et de démocratie directe que furent les Nuits debout, répondu, le 28 avril, place Commune, à l’appel à la convergence des luttes, participé à l’organisation juridique et matérielle de la défense collective, senti le pouvoir trembler sur ses bases et s’enfoncer dans la spirale de la répression, vu fleurir les k-ways noirs et les solidarités dans l’air saturé de lacrymo des manifestations sous état d’urgence, observé sans fléchir l’énième détournement de la volonté populaire par les institutions et le 49.3. Surtout, ils donnent à comprendre qu’en se réappropriant ainsi le pouvoir de penser et d’agir collectivement, une telle lutte n’a pas fini de couver ses braises.
    Nathalie Astolfi et Alain Dervin présenteront leur livre qui sera suivi d'un débat et d'un apéritif pour permettre la rencontre. Entrée libre.

    Scrupule, Montpellier
  • débatRencontre avec Florent Bussy sur William Morrisvendredi 23 novembre 2018

    Rencontre avec Florent Bussy sur William Morris

    Relire Morris nous aide à comprendre les impasses de nos sociétés fondées sur la croissance et le gaspillage, à l’heure des crises économique et écologique !Authentique visionnaire, il nous a laissé une réflexion limpide sur les méfaits de la société industrielle naissante. Un précurseur de la décroissance dont les idées entrent en résonnance avec les alternatives contemporaines !

    Bien avant d’autres, William Morris, auteur des Nouvelles de nulle part (1890), est parti en guerre contre la civilisation moderne et le capitalisme, sources d’inégalités, d’anéantissement de la noblesse et de la créativité du travail artisanal, de la beauté des objets du quotidien, des milieux urbains et de la nature. Son œuvre montre, plusieurs décennies avant l’apparition de la société de consommation et la prise de conscience écologique, les impasses dans lesquelles nous sommes entraînés par le capitalisme… et les moyens d’en sortir.

    Florent Bussy  signe William Morris ou la vie belle et créatrice dans la collection Les précurseurs de la décroissance dirigée par Serge Latouche.

    Librairie La grande Ourse, vendredi 23 novembre à 19h30 ; 45, rue Saint-Jacques, 76200 Dieppe

    Librairie La grande Ourse, Dieppe
  • rencontreRencontre avec Red! (dessins) et Stéphen Kerckhove (textes) autour du livre Tous pollués

    Rencontre avec Red! (dessins) et Stéphen Kerckhove (textes) autour du livre Tous pollués

    La situation est connue ; le diagnostic partagé. Notre planète va mal. Les conditions qui ont rendu possible la vie sur Terre sont menacées. L'eau est souillée, l'air pollué, le climat déréglé, l'alimentation contaminée, la terre artificialisée. À terme, c'est la survie de nombreuses espèces végétales et animales, dont la nôtre, qui est en jeu. La parenthèse humaine pourrait ainsi se refermer si nous n'y prenons garde. Les menaces systémiques, qu’elles soient climatiques, énergétiques, génétiques, chimiques ou nanotechnologiques s'amoncellent. Face à cet écocide silencieux, l’heure est au sursaut.

    Malbouffe, OGM, antibiotiques, perturbateurs endocriniens, pollution de l’air, nuisances sonores, déchets plastiques, nucléaire, transhumanisme… Le champ est vaste ! Le délégué général d’Agir pour l’environnement nous livre une mine d’informations utiles et synthétiques. Mêlant ton mordant et trait ironique, Red! et Stéphen Kerckhove balaient les principales sources de pollution et lèvent ainsi un coin du voile sur les contaminations auxquelles nous sommes exposés insidieusement.

    Un dialogue fécond entre un dessinateur (qui s’amuse à détourner des œuvres d’art connues) et un écologiste, pour un résultat tout à la fois drôle et sérieux, à découvrir à tout âge !

    Librairie L'embellie samedi 24 novembre 19h30 ; 13, rue Jean du Plessis, 44760 La Bernerie-en-Retz

    Librairie L'embellie, La Bernerie-en-Retz
  • débatClôture de la biennale Traces avec Michel Agiersamedi 1er décembre 2018

    Clôture de la biennale Traces

    18h45 : Accueil, ouverture et présentation de la soirée. 19h : collectif d’artistes migrants Alter Egaux, improvisation sur le texte de Patrick Chamoiseau  « Lampedusa, ce que nous apprennent les gouffres ». 19h10 - 20h10 « Pour un droit à l’hospitalité », conversation échange avec Michel Agier (directeur d’études à l’EHESS, responsable de programme Babels et directeur de la collection « Bibliothèque des frontières »), et Catherine Wihtol De Wenden (docteur en science politique, directrice de recherche émérite, CNRS). 20h15 -20h45 : ChEmS (chanson métissée). 20h50 - 21h50 « Métissage et interculturalité », conversation échange avec Abdellatif Chaouite (psychologue et anthropologue, directeur de la revue Ecarts d’Identités) et Alexis Nuselovici (Nouss) (professeur en littérature générale et comparée). 22h - 22h45 final avec le CMTRA. Restauration payante sur place pendant toute la soirée.

    La collection « Bibliothèque des frontières » consacrée aux migrants, dirigée par Michel Agier  (dans le cadre du programme de recherche Babels de l’EHESS) permet de faire bouger les lignes en rendant disponible l’état actuel des connaissances. Pour penser les frontières contemporaines, réinventer les politiques d’asile et l’hospitalité.

    Entrée  gratuite mais réservation conseillée ! reseau.traces@gmail.com ou 07 77 16 03 41

    Samedi 1er décembre à partir de 18h45, Amphi | Opéra National de Lyon, 1 place de la Comédie 69001 Lyon

    Amphi | Opéra National de Lyon
  • débatRencontre avec Jean-Marc Royer autour de son ouvrage Le monde comme projet Manhattansamedi 12 janvier 2019

    Rencontre avec Jean-Marc Royer autour de son ouvrage Le monde comme projet Manhattan

    Début août 1945, le monde, fasciné, découvre la puissance du feu nucléaire. Les bombardements d’Hiroshima et Nagasaki, deux villes choisies dans le but de « causer le maximum de dégâts et de pertes en vies humaines », sont l’aboutissement inévitable du projet Manhattan. Initié et mené dans le plus grand secret, ce dernier a réuni quatre années durant la fine fleur de la science internationale, les industries de pointe étatsuniennes (de Monsanto à Westinghouse) et la puissance de l’État adossé à son armée. Retraçant en un récit glaçant et solidement documenté l’histoire secrète de ce projet, Jean-Marc Royer montre comment la recherche d’une « solution totale » y prit vite le pas dans les esprits sur toute considération humaine. En cela, le nucléaire constitue une transgression majeure des interdits sociaux fondamentaux sous l’égide d’un puissant imaginaire structuré par la « rationalité calculatrice ». Ce point de bascule inaugure la guerre généralisée au vivant que mène aujourd’hui la civilisation capitaliste.

    CIRA, samedi 12 janvier à 17h, 50, rue Consolat 13001 Marseille

    lepassagerclandestin.fr/catalogue/essais/le-monde-comme-projet-manhattan.html

    CIRA, Marseille
Le passager clandestin © 2012-2018Mentions légalesConditions générales de vente
Avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles Île-de-France