AGENDA
  • débatRencontre avec Jean-Marc Royer autour de son ouvrage Le monde comme projet Manhattansamedi 12 janvier 2019

    Rencontre avec Jean-Marc Royer autour de son ouvrage Le monde comme projet Manhattan

    Début août 1945, le monde, fasciné, découvre la puissance du feu nucléaire. Les bombardements d’Hiroshima et Nagasaki, deux villes choisies dans le but de « causer le maximum de dégâts et de pertes en vies humaines », sont l’aboutissement inévitable du projet Manhattan. Initié et mené dans le plus grand secret, ce dernier a réuni quatre années durant la fine fleur de la science internationale, les industries de pointe étatsuniennes (de Monsanto à Westinghouse) et la puissance de l’État adossé à son armée. Retraçant en un récit glaçant et solidement documenté l’histoire secrète de ce projet, Jean-Marc Royer montre comment la recherche d’une « solution totale » y prit vite le pas dans les esprits sur toute considération humaine. En cela, le nucléaire constitue une transgression majeure des interdits sociaux fondamentaux sous l’égide d’un puissant imaginaire structuré par la « rationalité calculatrice ». Ce point de bascule inaugure la guerre généralisée au vivant que mène aujourd’hui la civilisation capitaliste.

    CIRA, samedi 12 janvier à 17h, 50, rue Consolat 13001 Marseille

    lepassagerclandestin.fr/catalogue/essais/le-monde-comme-projet-manhattan.html

    CIRA, Marseille
  • débatRencontre avec Guillaume Faburel : Les métropoles barbaresvendredi 25 janvier 2019

    Rencontre avec Guillaume Faburel autour de son livre Les métropoles barbares. Démondialiser la ville, désurbaniser la terre (Prix du Livre d'écologie politique), vendredi 25 janvier à 20h.

    La métropolisation implique une expansion urbaine incessante et l’accélération des flux et des rythmes de vie. Elle transforme les villes en firmes entrepreneuriales, et génère exclusion économique, ségrégation spatiale et souffrance sociale, tout en alimentant la crise environnementale. Au point que les grandes villes inspirent aujourd’hui un rejet croissant qui se traduit par une multitude de résistances ordinaires. De la relocalisation de la production maraîchère à l’occupation de zones menacées par les grands chantiers d’infrastructures, ces « initiatives de l’alternative » et ces luttes productrices de communs sont l’expression d’une biopolitique de transformation sociale radicale. Ménager la totalité organique du vivant, ses lieux et ses rythmes, et organiser collectivement les conditions de l’autonomie pourraient ainsi constituer le socle d’une contre-société décroissante face à la barbarie des métropoles et à l’abîme socioécologique où elles nous précipitent.

    Entrée libre. Librairie Lune & l'Autre, 19 rue Pierre Bérard 42000 Saint-Etienne

    Lune & l'Autre, Saint-Etienne
  • débatRencontre avec Guillaume Faburel : Les métropoles barbaressamedi 26 janvier 2019

    Rencontre avec Guillaume Faburel autour de son livre Les métropoles barbares. Démondialiser la ville, désurbaniser la terre (Prix du livre d'écologie politique), samedi 26 janvier 2019 de 15h30 à 16h30, à l'occasion de l'Ecole de l'Anthropocène.                                                                                               La métropolisation implique une expansion urbaine incessante et l’accélération des flux et des rythmes de vie. Elle transforme les villes en firmes entrepreneuriales, et génère exclusion économique, ségrégation spatiale et souffrance sociale, tout en alimentant la crise environnementale. Au point que les grandes villes inspirent aujourd’hui un rejet croissant qui se traduit par une multitude de résistances ordinaires. De la relocalisation de la production maraîchère à l’occupation de zones menacées par les grands chantiers d’infrastructures, ces « initiatives de l’alternative » et ces luttes productrices de communs sont l’expression d’une biopolitique de transformation sociale radicale. Ménager la totalité organique du vivant, ses lieux et ses rythmes, et organiser collectivement les conditions de l’autonomie pourraient ainsi constituer le socle d’une contre-société décroissante face à la barbarie des métropoles et à l’abîme socioécologique où elles nous précipitent.                                                                                               Entrée libre. Halles du Faubourg, 10 impasse des chalets 69007 Lyon

    A l'Ecole de l'Anthropocène, Lyon
  • table rondeTable ronde "Migrations en Méditerranée" avec Assaf Dahdahsamedi 9 février 2019

    Assaf Dahdah, géographe est l'un des coordinateurs d'Exils syriens : parcours et ancrages, paru dans la collection Bibliothèque des frontières. Il participera à ce titre à la table ronde "Migrations en Méditerranée : l'Europe en quête d'humanité?" organisée par Maghreb-Orient des livres, le 9 février de 17h30 à 19h.

    Comment se pose la « question migratoire » pour le peuple qui compte le plus grand nombre de réfugiés dans le monde ? Dans la sinistre comptabilité de l’exil, la Syrie fournit le plus gros contingent de réfugiés internationaux au monde. Ce livre restitue des parcours et des conditions de vie, pour tenter de discerner l’exilé derrière le réfugié et propose au lecteur français un décentrement du regard, à l’heure ou les Etats européens ont les yeux rivés sur leurs frontières immédiates.

    Maghreb-Orient des livres 2019, Hôtel de ville de Paris
  • débatRencontre avec Guillaume Faburel : Les métropoles barbaresmardi 12 février 2019

    Rencontre avec Guillaume Faburel autour de son livre Les métropoles barbares. Démondialiser la ville, désurbaniser la terre (Prix du Livre d'écologie politique), mardi 12 février à 19h.

    La métropolisation implique une expansion urbaine incessante et l’accélération des flux et des rythmes de vie. Elle transforme les villes en firmes entrepreneuriales, et génère exclusion économique, ségrégation spatiale et souffrance sociale, tout en alimentant la crise environnementale. Au point que les grandes villes inspirent aujourd’hui un rejet croissant qui se traduit par une multitude de résistances ordinaires. De la relocalisation de la production maraîchère à l’occupation de zones menacées par les grands chantiers d’infrastructures, ces « initiatives de l’alternative » et ces luttes productrices de communs sont l’expression d’une biopolitique de transformation sociale radicale. Ménager la totalité organique du vivant, ses lieux et ses rythmes, et organiser collectivement les conditions de l’autonomie pourraient ainsi constituer le socle d’une contre-société décroissante face à la barbarie des métropoles et à l’abîme socioécologique où elles nous précipitent.

    Entrée libre. Librairie Terre des livres 86, rue de Marseille 69007 Lyon

    Terre des livres, Lyon
Le passager clandestin © 2012-2018Mentions légalesConditions générales de vente
Avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles Île-de-France