AGENDA
  • DébatRencontre sur l'hospitalitéjeudi 17 mai 2018

    Débat sur l'hospitalité jeudi 17 mai à 19h à la Maison des Métallos (94 rue Jean-Pierre Timbaud à Paris) avec Michel Agier, Benjamin Boudou et Cécile Poletti (CIMADE), animé par Stefan Le Courant.

    Le traitement réservé aux migrants est plus que jamais d'actualité et nous invite à réfléchir sur la politique de l'hospitalité : politique migratoire d'Emmanuel Macron remise en cause par les associations, condamnation de Cédric Herrou pour son aide aux migrants, recrudescence des démantèlements de camps de réfugiés… La rencontre-débat proposée par les Métallos et l'EHESS dans le cadre des soirées « chercheurs et militants » s'intéressera à toutes les formes que peut prendre l'hospitalité et s'interrogera sur la manière dont certains passent de simples observateurs de cette hospitalité à militants.

    Michel Agier assisté par Stefan Le Courant dirige la collection « Bibliothèque des frontières » aux éditions le passager clandestin. Le dernier titre paru en janvier traite précisément des questions d’hospitalité dans les capitales européennes (Entre accueil et rejet : ce que les villes font aux migrants). Entrée libre, réservation conseillée : reservation@maisondesmetallos.org

    Maison des Métallos, Paris
  • DébatRencontre avec Jean-Marc Royer sur le projet Manhattanvendredi 18 mai 2018

    Rencontre avec Jean-Marc Royer à Quartier libre à Nancy vendredi 18 mai à 18h30.

    Début août 1945, le monde, fasciné, découvre la puissance du feu nucléaire. Les bombardements d’Hiroshima et Nagasaki, deux villes choisies dans le but de « causer le maximum de dégâts et de pertes en vies humaines », sont l’aboutissement inévitable du projet Manhattan. Initié et mené dans le plus grand secret, ce dernier a réuni quatre années durant la fine fleur de la science internationale, les industries de pointe étatsuniennes (de Monsanto à Westinghouse) et la puissance de l’État adossé à son armée. Retraçant en un récit glaçant et solidement documenté l’histoire secrète de ce projet, Jean-Marc Royer montre comment la recherche d’une « solution totale » y prit vite le pas dans les esprits sur toute considération humaine. En cela, le nucléaire constitue une transgression majeure des interdits sociaux fondamentaux sous l’égide d’un puissant imaginaire structuré par la « rationalité calculatrice ». Ce point de bascule inaugure la guerre généralisée au vivant que mène aujourd’hui la civilisation capitaliste.

    « On croyait tout savoir. On ne savait rien. Voilà le constat qui s’impose à la lecture des premiers chapitres de l’ouvrage de Jean-Marc Royer » (Reporterre)

    lepassagerclandestin.fr/catalogue/essais/le-monde-comme-projet-manhattan.html

    Entrée libre. Quartier libre, 11 Grande Rue, Nancy.

    Quartier libre, Nancy
  • DébatL'avenir avec la décroissancesamedi 19 mai 2018

    Débat « L'avenir avec la décroissance » samedi 19 mai de 14h à 20h, Mairie du 2e arrondissement de Paris, 8 rue de la Banque. Avec Paul Ariès, Fabrice Flipo, Serge Latouche, Bernard Legros, Elise Lowy, Vincent Mignerot, Christine Poilly, Alain Véronèse. 14h : discours d'accueil du Maire Jacques Boutault. 14h15 : introduction par Paul Ariès. 15h : «  Le type de société sous-tendu par la décroissance », débat avec Serge Latouche, Fabrice Flipo, Elise Lowy, Vincent Mignerot. 17h30 : « Comment y parvenir ? », débat avec Bernard Legros, Christine Poilly, Alain Véronèse. Entrée libre dans la mesure des places disponibles. Une journée organisé par Décroissance IdF. 

    Mairie du 2e arrondissement de Paris
  • DébatRencontre 127 jours en marsjeudi 24 mai 2018

    Rencontre avec Nathalie Astolfi et Alain Dervin, auteurs de 127 jours en mars. Petit abécédaire combatif contre la loi travail et son monde chez Libertalia à Montreuil le jeudi 24 mai à 19h30.

    Cet abécédaire nous invite à une relecture subjective et combative du mouvement contre la « loi Travail », celle de deux syndicalistes libertaires happés par la jeunesse et la créativité d’une dynamique contestataire qui a revigoré la lutte collective. Avec des dizaines de milliers d’autres, Nathalie Astolfi et Alain Dervin sont descendus dans la rue le 9 mars 2016. Ils n’en sont, pour ainsi dire, plus remontés jusqu’au 127e jour de ce long mois de mars qui a vu le pays se transformer une fois encore en foyer d’aspirations révolutionnaires.

    Ils y ont vu les cortèges de tête ingouvernables et bigarrés inverser le tempo des manifestations, délibéré sous la Grande Ourse dans ces coeurs bruissant d’autogestion et de démocratie directe que furent les Nuits debout, répondu, le 28 avril, place Commune, à l’appel à la convergence des luttes, participé à l’organisation juridique et matérielle de la défense collective, senti le pouvoir trembler sur ses bases et s’enfoncer dans la spirale de la répression, vu fleurir les k-ways noirs et les solidarités dans l’air saturé de lacrymo des manifestations sous état d’urgence, observé sans fléchir l’énième détournement de la volonté populaire par les institutions et le 49.3.

    Surtout, ils donnent à comprendre qu’en se réappropriant ainsi le pouvoir de penser et d’agir collectivement, une telle lutte n’a pas fini de couver ses braises.

    Entrée libre. Libertalia, 12 rue Marcellin-Berthelot, 93100 Montreuil.

    Libertalia, Montreuil
  • DébatRencontre avec Didier Harpagèsjeudi 24 mai 2018

    Jeudi 24 mai à 19h30,  débat « Repenser le travail » avec Didier Harpagès, auteur de Mourir au travail ? Plutôt crever ! à la librairie Barricade à Liège.

    Combien de temps encore accepterons-nous d’être les soldats dociles et flexibles de l’armée de réserve de travailleurs dont « l’économie » a besoin pour « maintenir le cap de la croissance » ?

    « La croissance crée des emplois ? La richesse finira par ruisseler le long de la pyramide ? Laissez-nous rire ! Le constat est sans appel : « Le travail fragmenté et spécialisé est un déchet non recyclable du capitalisme industriel ». Il faut donc viser autre chose et viser mieux : le travail doit être « créatif, attrayant, maîtrisé, réduit dans le temps et partagé, bref, il doit être désaliéné ». Bien dit ! Mais concrètement on fait comment ? En agissant à différents niveaux : réduction (individuelle) du temps de travail ; redéfinition (collective) des besoins ; réinvestissement (politique) de structures relocalisées. Ça ne vous fait pas envie ? » (Kairos)

    Organisé par le mpOC-Liège et Barricade, en collaboration avec ACC et Attac-Liège. Entrée libre. Librairie Barricade, 15, rue Pierreuse, Liège, Belgique.

     

    Barricade, Liège
  • salonPetit salon du livre politiquesamedi 26 et dimanche 27 mai 2018

    La onzième édition du petit salon du livre politique se tiendra au Lieu Dit, les samedi 26 et dimanche 27 mai de 14h à 21h.

    Il y aura au Lieu-Dit comme chaque année, des débats, des rencontres, et surtout une atmosphère amicale qui fait de ce salon un événement qui ne ressemble à rien de ce que ce mot recouvre, en général.

    Avec notamment : Amsterdam, Anamosa, Éditions la Tempête, Éditions Pontcerq, Entremonde, Eterotopia France, La dispute, La fabrique, Le Détour, Le passager clandestin, Les Éditions du Croquant, Hobo Diffusion, Le Temps des cerises, Libertalia, Lux, Monte Monte-en-l’air (Librairie), Raisons d’agir, Rue des Cascades, Ypsilon Éditeur.

    Les samedi 26 mai à 18h aura lieu une « lecture musicale par La Parisienne libérée ».

    Ce salon réunit une quinzaine d’éditeurs qui tous, quelle que soit leur taille, consacrent une partie importante de leur catalogue à « la politique », c’est-à-dire à la critique de l’ordre existant et aux moyens d’en sortir. Histoire, sociologie, philosophie, ethnographie, la plupart des disciplines qu’on regroupe sous le nom bizarre de « sciences humaines » y sont représentées. Peu d’ouvrages académiques, davantage de livres subversifs (pour éviter de les appeler « militants » ou « engagés ».)

    Le Lieu-Dit, Paris
  • DébatL’accueil, l’installation et la circulation des migrantsmercredi 30 mai 2018

    Séminaire « L’accueil, l’installation et la circulation des migrants » le mercredi 30 mai à Paris de 9h à 17h30. Des villes accueillent aujourd’hui migrants et exilés. Elles le font de façon volontariste, ou de façon contrainte. Entre les deux, des pratiques s’inventent et des installations temporaires engagées sous le sceau de la précarité se consolident.

    Ce séminaire se propose d’examiner les conditions par lesquelles un territoire peut faire place à ces flux et faire droit aux hommes et aux femmes qui les composent : comment passer de l’indécence à la décence, de l’illégal au toléré, du campement à la ville, de la fuite au projet ?

    Ce séminaire sera l’occasion de restituer les recherches soutenues par le Puca ces dernières années, de les faire dialoguer avec d’autres travaux, notamment ceux développées autour de l’ANR Babels et son séminaire d’anthropologie publique et enfin de débattre avec des acteurs engagés du côté de l’action publique ou de la société civile et soucieux de renouveler les perspectives d’action.

    Ce séminaire est ouvert au public et s’adresse aux chercheurs, aux professionnels de l’urbain (administrations, collectivités locales, consultants…) et aux étudiants.

    Ministère de la Transition écologique et solidaire / Ministère de la Cohésion des territoires - Arche Sud - Amphithéâtre du Toit de l’Arche de la Défense.

    Entrée libre mais inscription en ligne obligatoire enqueteur.dgaln.developpement-durable.gouv.fr/index.php

    Tout le programme ici : www.urbanisme-puca.gouv.fr/seminaire-l-accueil-l-installation-et-la-a1322.html

    Ministère de la Transition écologique et solidaire, la Défense
  • DébatRencontre avec Jean-Marc Royer sur le projet Manhattanvendredi 1er juin 2018

    Rencontre avec Jean-Marc Royer à l'Étoile Noire à Laon le vendredi 1er juin à 20h

    Début août 1945, le monde, fasciné, découvre la puissance du feu nucléaire. Les bombardements d’Hiroshima et Nagasaki, deux villes choisies dans le but de « causer le maximum de dégâts et de pertes en vies humaines », sont l’aboutissement inévitable du projet Manhattan. Initié et mené dans le plus grand secret, ce dernier a réuni quatre années durant la fine fleur de la science internationale, les industries de pointe étatsuniennes (de Monsanto à Westinghouse) et la puissance de l’État adossé à son armée. Retraçant en un récit glaçant et solidement documenté l’histoire secrète de ce projet, Jean-Marc Royer montre comment la recherche d’une « solution totale » y prit vite le pas dans les esprits sur toute considération humaine. En cela, le nucléaire constitue une transgression majeure des interdits sociaux fondamentaux sous l’égide d’un puissant imaginaire structuré par la « rationalité calculatrice ». Ce point de bascule inaugure la guerre généralisée au vivant que mène aujourd’hui la civilisation capitaliste.

    « On croyait tout savoir. On ne savait rien. Voilà le constat qui s’impose à la lecture des premiers chapitres de l’ouvrage de Jean-Marc Royer » (Reporterre)

    lepassagerclandestin.fr/catalogue/essais/le-monde-comme-projet-manhattan.html

    Entrée libre. L'Étoile Noire, 7 rue Saint-Jean, Laon.

     

     

    L' Étoile Noire, Laon
Avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles Île-de-France