PANIERS THÉMATIQUES
Retour
Prix : 39 €

Panier Science-Fiction

Quand les futurs d’hier deviennent notre présent ! Des auteurs majeurs qui interrogeaient la marche du monde et l’avenir de l’homme et ont su analyser par anticipation des traits caractéristiques de notre présent.

La tour des damnés de Brian Aldiss
En 1968, Brian Aldiss imagine une expérience aux proportions babyloniennes pour mesurer les effets de la surpopulation.
« Une folie, servie sur un plateau par le maître anglais. » (Bifrost)

Un logique nommé Joe de  Murray Leinster
En 1946, Murray Leinster imagine les dérives d’un réseau informatique mondial.
« Enfoncés, le grand Philip K. Dick et les autres ! Et tous les futurologues du XXe siècle ! Aucun d’entre eux n’avait imaginé le plus important séisme technologique du siècle : Internet. Alors que, Murray Leinster, si. En 1946, carrément. Et en se gondolant. Et en quelques pages seulement. Aussi prolifique qu’oublié, cet auteur américain de SF d’après-guerre avait tout prévu, et même le reste. D’emblée, Leinster met le doigt sur le pire travers d’Internet : le flicage généralisé, la vie privée en miettes, l’empire du cancan, l’impossibilité de faire machine arrière. » (Le Canard enchaîné)

Continent perdu de Norman Spinrad
En 1970, Norman Spinrad imagine un voyage dans les abîmes de la civilisation américaine défunte.
Un voyage dans les abîmes de la civilisation américaine défunte, imaginé en 1970 par Norman Spinrad, l’un des meilleurs auteurs de SF, contestataire, désopilant et critique féroce de l’Amérique.
« Une virulente critique de la société américaine. Amour et haine, dans une nouvelle qui n’a pas pris une ride.  » (Actu SF)


Frank Merriwell à la Maison Blanche de Ward Moore

L’invention d’un robot qui va rafler toutes les élections jusqu’à la fonction suprême… et se faire l’avocat de sa propre inutilité politique !

« Avec cette satire qui questionne la frontière homme/machine/citoyen, Ward Moore s’inscrit dans la continuité d’Isaac Asimov – Évidence (1946) raconte l’ascension politique d’un robot qui se fait passer pour un homme – et de Philip K. Dick – Simulacres et son couple présidentiel truqué (1964). Une belle parenté pour ce « petit maître » de la SF réédité fort à propos en ces temps de doute et de crise de confiance envers cet univers (im)pitoyable qu’est la politique.” (SF Mag)

 

Les gaspilleurs de Mack Reynolds

L'histoire écrite en 1967 d'un agent secret américain qui doit infiltrer un groupe de radicaux gauchisants prêts à tout pour abattre le modèle américain. l’espion à l’esprit borné va se confronter à une vision du monde qui va ébranler ses convictions… et même l'amener à créer un nouveau parti politique ! une lucidité confondante sur les impasses du modèle de société productiviste et consumériste qui l’a emporté à cette époque !

 

Les retombées de Jean-Pierre Andrevon

Cette nouvelle d’anticipation inquiétante (écrite en 1979) offre un scénario possible de la catastrophe nucléaire et de la gestion d’urgence mise en œuvre par les autorités. L’objectif : effacer toute trace de l’accident, faire comme si ce qui n’aurait jamais dû se produire n’avait jamais eu lieu... Ce texte a été publié pour la première fois l’année de l’accident de la centrale de Three Mile Island, et a été salué à l’époque par la critique : « Jean-Pierre Andrevon, voyageur de l’immobile et voyageur du dérisoire, confirme qu’il est le meilleur nouvelliste français de science-fiction. Et un très grand écrivain, tout simplement » (Noosfère) ; « On ne dira jamais à quel point Andrevon est un excellent nouvelliste, et ce texte, peu connu, est une merveille d’angoisse kafkaïenne. Ou comment Andrevon réussit à nous faire de son opposition – bien connue – au nucléaire, une petite merveille littéraire » (Culture SF).

 

    Avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles Île-de-France