RÉÉDITIONS
Retour
Prix : 7 €Format : 110x170mmPages : 96 pagesISBN : 978-2-916952-40-6Date de parution : octobre 2010

Comment nous pourrions vivre

Préface de Serge Latouche

Une conférence de l’un des tout premiers écolos radicaux !
C’est en 1884, soit six ans avant la parution de son célèbre Nouvelles de nulle part, que le socialiste révolutionnaire et architecte-décorateur, William Morris, prononce cette conférence.
Voici comment nous vivons et voilà comment nous pourrions vivre, écrit Morris, qui appelle à un sursaut collectif pour substituer la « coopération » à « l’état de guerre perpétuelle » inhérent au capitalisme, introduire la nature et l’art dans « ces conglomérats énormes, impossibles à gérer, qu’on appelle des villes », et refuser, au nom de la joie et de la dignité,la fatalité des « existences mécaniques ». Si le mot décroissance fait aujourd’hui polémique, ce texte révèle que l’idée, elle, ne date pas d’hier.
Véritable appel à la refonte d’une société où la logique du profit à tout crin, « dégrade tout » (conditions de travail, cadre de vie, milieu naturel), Comment nous pourrions vivre imagine un ordre social hors duquel « il serait terrible que l’homme ait même existé ». Fin des inégalités entre classes, épanouissement personnel, encouragement de l’expression artistique et du sens esthétique, transformation de l’habitat et respect de la nature, tels sont quelques-uns des préalables posés par William Morris pour atteindre à ce qu’il nomme « une vie décente ». Dans ce texte, c’est à la fois le socialiste révolutionnaire, l’artiste et l’urbaniste qui s’expriment.

  • Lire un extrait
  • Revue de presse
Avec le soutien de la Direction régionale des affaires culturelles Île-de-France